Slider

LES EVENEMENTS AU SABLON

ANCIENNE NONCIATURE

 

Cet hôtel particulier, situé au cœur du Sablon, fut l’ancienne ambassade du Vatican. Ainsi, un lieu de représentation, autrefois destiné aux fastes de l’Eglise, devient l’« Ambassade des Arts ». Les époques changent, les messages persistent…Acquis dans un état de décrépitude avancé, sa réhabilitation comprenant études et travaux, prit 5 années. Après ce considérable travail de restauration afin de retrouver les majestueux volumes initiaux, reliés par l’escalier monumental, il devient l’écrin pour le siège belge des bureaux et show-room de Anne Derasse – AANN, et pour l’organisation d’événements artistiques.
 
Contact
Nathalie Leurquin
T +32 (0)475 30 53 53
event@nonciature.com
 
L’ ancienne Nonciature
Rue des Sablons, 7
1000 Bruxelles

A l’ANCIENNE NONCIATURE
les expositions artistiques et les événements de marques prestigieuses se succèdent depuis plusieurs années.

Le traiteur Jean Michel Loriers, Fournisseur Breveté à la Cour de Belgique, officie lors des vernissages et dîners.

BRUNEAF : Brussels Non European Art Fair

Le Musée Royal de l’Afrique Centrale, hors les murs

La Galerie Maison Parisienne

L’Ambassade de Pologne, lors de la design week

Vuitton, Dior, Pomellato, Ferragamo, Lancôme…

AD_S4-SIZE-03
AD_S4-SIZE-04

L’HISTORIQUE

 

L’hôtel de maître est situé sur l’emplacement d’une partie du grand hôtel construit par la famille Tour et Taxis au XVè siècle, époque où le Sablon regroupait la plupart des hôtels particuliers de l’aristocratie bruxelloise.

En 1827, d’importantes restructurations furent entreprises afin d’y aménager une Nonciature, autrement dit l’Ambassade du Vatican, offrant un décor néoclassique prestigieux.

Un escalier d’honneur ainsi que trois salons et une chapelle furent créés.

L’hôtel fut habité par le cardinal Pecci, nonce apostolique à Bruxelles, qui devint ensuite pape sous le nom de Léon XIII.

Le cardinal Gonella, également nonce apostolique, lui succéda dans l’immeuble.

Vers le milieu du XIXè siècle, l’hôtel de la Nonciature fut ensuite vendu à la famille De Mot dont un des fils, Emile De Mot, fut bourgmestre de Bruxelles et habita l’immeuble pendant toute sa vie.

Pendant plus ou moins 30 ans l’immeuble fut ensuite occupé par un brocanteur qui ne ménagea pas le bien très convenablement, ce qui nécessita des travaux de restauration considérables, supervisés par la Commission des Monuments et Sites, afin de lui rendre son lustre d’antan et de le rétablir dans l’état où il se trouvait en 1827.

AD_S4-SIZE-02

Services

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

----------

Ut suscipit eget lacus id dictum. Praesent dapibus interdum lorem nec tempor. Maecenas finibus tristique neque, id placerat lorem venenatis vitae.

LA RESTAURATION ARCHITECTURALE

 

Les restaurations menées dans les règles de l’art prirent quasi 5 années.

Elles ont été conduites par l’architecte d’intérieur et historienne de l’art Anne Derasse et par l’expert en œuvres d’art et galeriste Willy D’Huysser.

L’hôtel particulier ayant été malmené au fil du temps, certaines circulations intérieures avaient été fermées, des cloisonnements en appartements avaient été réalisés en dépit de l’esthétique et de la cohérence du lieu, des matériaux et ornementations étaient incomplets ou abîmés.

Un lourd travail de restructuration fut nécessaire pour retrouver les majestueux volumes initiaux.

La cage d’escalier monumentale, véritable coeur névralgique de la maison, a retrouvé sa respiration vers les salons d’apparat et les coursives latérales, permettant ainsi un tour intérieur complet de l’habitation à 360°.

Les marbres existants ont été dépoussiérés ; les marbres manquants ont été rigoureusement sélectionnés : brèche de Médicis, Griotte belge, Gris des Ardennes furent assemblés pour parfaire les dessins de sols.

Les stucs, les bas-reliefs, les moulures, les boiseries, les peintures ont été restaurés avec patience ; les chapiteaux des colonnes, pilastres, médaillons, ont été dorés à la feuille d’or sur bol d’Arménie.

Les parquets existants aux frises et dessins complexes ont été restaurés avec minutie ; les parquets manquants du rez-de-chaussée ont été refaits en parquet Versailles, avec ses petits carrés embrevés dans leurs traverses et encadrements.

Les lustres monumentaux fin XVIIIè en cristal et cristal doré à la feuille d’or sont liégeois façon Venise.

 

AN_logo